×
MediaSchool Group
ECS: Ecole de communication Europeenne

BLASONEcole Supérieure de Communication
Titres certifiés par l’Etat
Niveaux I et II

hashtag 0,75

Un Réseau d’Alumni dynamique


L’ECS est fière de bénéficier d’un réseau de plus de 10.000 anciens élèves. Les réseaux sociaux favorisent aujourd’hui le regroupement de l’ensemble des informations sur les promotions s’étant succédées au sein de l’école. Ils  permettent  à nos anciens élèves de retrouver leurs camarades de classe et de réactualiser leurs réseaux de connaissances.  C’est une véritable base de données qui permet de suivre l’évolution des anciens et favoriser le networking.

 

Nos anciens diplômés sont actifs, ils prennent des stagiaires parmi les étudiants et favorisent souvent leur recrutement. En fonction de leur spécialité, certains sont également enseignants – intervenants à l’école.

 

Des plus jeunes aux plus anciens, les Alumni de l’ECS restent attachés à leur école et en sont de véritables ambassadeurs.

Philippe ROMAIN - Promotion 1991Philippe ROMAIN - Promotion 1991

Administrateur délégué agence SHAKE.

Enseigne la Publicité à l’ECS

Mon entrée à l’ECS date d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. 1988. Pas de web, pas de téléphone portable, pas de bouquet numérique, pas d’IPOD, pas de GPS. Pourtant, la communication est déjà une discipline qui attire les regards. La pub spectacle joue la surenchère, les journalistes deviennent plus connus que leurs journaux, les attachées de presse portent des jupes ultra courtes. Déjà RSCG, déjà PPDA. C’est aussi l’époque où une école supérieure donne à ses étudiants la chance unique de se lancer tête baissée dans ce tourbillon. Apprentissage donné par des professionnels, des stages en entreprise dès la première année et des examens qui ressemblent à des compétitions sportives: enfin une école qui ressemble à l’école de la vie. Après une expérience universitaire pour le moins chaotique, je plonge. Au deuxième stage effectué, coup de foudre pour la pub. Pour moi, c’est la découverte d’un métier basé sur les idées et la force insoupçonnée de celles-ci. C’est l’âge d’or de “Just do it”, “Think different”, “La force tranquille”, “United Colours of Benetton” ou encore “Vous ne viendrez pas chez nous par hasard”. Deux stages plus tard, me voilà embauché dans ma première agence. Account Executive cela s’appelle. Un an après, je suis débauché et part dans une autre agence me confronter à des clients de plus en plus différents et prestigieux: Rover, Land Rover, Zurich Insurance, Belgacom, Lapeyre, La Libre Belgique,… L’expérience rentre, mais l’envie d’aventure enfle. C’est en 1998, à 32 ans que je fais le grand saut en créant mon  agence de publicité à laquelle je donne un nom qui ressemble à une promesse: Shake. Nous commençons à deux, dans une cave, au volant de voitures d’occasion qui totalisent plus d’un demi-million de kilomètres. Aujourd’hui, Shake est encore là et bien là. 15 collaborateurs, une liste de clients que d’autres agences rêvent de nous piquer, des campagnes remarquées (et parfois remarquables). Pour boucler la boucle, depuis quelques années, je donne également le cours de TP de Publicité à ce qui s’appelle désormais l’ECS. Faire découvrir un métier basé sur les idées et les forces insoupçonnées de celles-ci. Apprendre les principes pour mieux les désapprendre.

Faire l’éloge de la différence contre l’indifférence, de la pertinence avant l’impertinence. En somme, montrer la publicité sous un jour insoupçonné: une exploration de l’avenir et des idées de demain

Finalement je dois beaucoup cette école. Des amis très proches, des années très belles, un métier passionnant. Mais par-dessus tout, avec le recul, je retiens un enseignement fondamental de mon parcours: ce sont parfois les chemins détournés qui sont les plus sûrs.

 

Victoria de VIGNERAL - Promotion 2010Victoria de VIGNERAL - Promotion 2010

Marketing & Communication Manager JV Magazine

La communication est ma vocation et je souhaitais m’y former sur un plan pratique, c’est une des raisons pour lesquelles l’aspect professionnalisant de l’ECS m’a convaincue. J’ai effectué mon dernier stage (Master I, option Marketing) chez Juliette & Victor, un magazine d’art de vivre franco-belge. J’avais rencontré son éditeur, Alain Lefebvre, deux ans plus tôt lors d’une conférence à l’ECS et, à l’issue de ce stage, j’ai été engagée en tant que Responsable Marketing et Communication. Ce poste demande une grande polyvalence et le fait que j’étais déjà formée en conséquence et expérimentée par de précédents stages ont été des avantages certains. La transition du monde étudiant vers le monde de l’entreprise s’est faite naturellement . J’ai trouvé mon idéal professionnel car j’ai la satisfaction de faire ce que j’aime en mettant mes compétences au profit d’un concept en pleine ascension.